fbpx

Quelques méthodes d’apprentissage

La mémorisation est le fait d’enregistrer et de retenir des informations et des connaissances dans sa mémoire. La mémorisation peut être consciente facilitée par plusieurs méthodes comme la mnémotechnique ou encore inconsciente, par exemple lors du sommeil

Les techniques de mémorisation sont diverses et varient selon le besoin. Améliorer sa mémoire est possible pour tous, cela demande d’utiliser des méthodes et outils adaptés et efficaces. Il suffit tout d’abord de distinguer la mémoire à court terme de la mémoire à long terme. Les techniques et processus d’apprentissage sont différents.  

Bien que les capacités de mémorisation varient en fonction de l’individu, la mémorisation se travaille. Elle est indispensable à la vie de tous les jours, tant dans la formation professionnelle que dans la vie scolaire. En effet, certaines informations doivent être apprises et retenues sur le long terme, d’autres moins importantes peuvent être oubliées.  

La mémoire est composée de deux couches et d’un noyau. Lorsqu’une information extérieure arrive elle est confrontée à la première couche, c’est ce qu’on appelle la mémoire flash. L’intensité de cette mémoire est extrême, c’est-à-dire qu’elle retient parfaitement tous les détails mais pendant un temps très court. 

La deuxième couche est occupée par la mémoire intermédiaire ,celle-ci est plus allongée et moins intense. Enfin, il y a le noyau qui représente la mémoire innée et permet de retenir une information pour toujours, c’est l’ultime degré de mémorisation. 

1. Apprendre à comprendre ses cours   

 

Se poser des questions pertinentes vis-à-vis du cours ou de la notion abordée permet de renforcer la mémorisation. L’apprentissage vient, en effet, après la compréhension. Une notion est en effet plus facilement intégrée lorsque celle-ci est comprise.  En l’espèce, expliquer c’est comprendre et apprendre

Cette méthode peut-être appliquée en mathématiques afin de résoudre des problèmes de logique ainsi qu’en physique , chimie , informatique et biologie . Mettre en œuvre cette technique de quizz à intervalles réguliers permet d’optimiser la mémorisation. Ce principe est similaire à celui des cartes mémoires mais il est appliqué mentalement et non pas à l’écrit. 

2. Utiliser des cartes mémoires ou flash cards

C’est probablement la méthode de mémorisation la plus utilisée. L’utilisation de cartes de mémoire ou flash cards permet de mémoriser avec efficacité. Ce sont des petites cartes qui cachent des informations de chaque côté.  

Elles possèdent en général une question au recto et sa réponse au verso. Vous pouvez par exemple, noter une date au recto et l’événement historique associé au verso si vous révisez vos cours d’histoire , ou un terme puis sa définition et son rôle au verso pour la SVT par exemple.

Mettre en place des cartes de mémoire permet de retenir les informations plus facilement par le jeu et la stimulation de la mémoire.

 

 

3. L’emploi des acronymes 

Les acronymes permettent de mémoriser un concept facilement en retenant uniquement les initiales de chaque mot comme RAS (Rien A Signaler). Le fait de ne retenir que la première lettre de chaque mot permet de réduire la taille de l’information à assimiler et de la retenir plus facilement surtout de nos jours puisque les abréviations sont de plus en plus utilisées.

 

4. Faire des fiches de révision 

Le fait d’écrire permet de se remémorer le cours. Une fiche doit être synthétique et ne doit contenir que le plan et les grandes idées du chapitre, c’est ce qui va permettre de mieux retenir les informations. En effet, lorsque le cours est trop condensé et pas assez synthétisé, il est difficile de le retenir car le nombre d’informations présentes est élevé ce qui crée un surplus d’informations inutiles.

 

5. Rédiger une carte mentale

Réaliser une carte mentale est un très bon moyen mnémotechnique. Le fait de visualiser des idées sous forme de “schéma” facilite la mémorisation des informations. Il est possible de noter l’idée principale au centre puis la développer autour par des arguments reliés par des flèches.  

Employer des schémas et des tableaux est une méthode d’apprentissage efficace car elle permet d’associer une idée à une forme.  

 

6. Faire des écritures répétées

Le fait de réécrire plusieurs fois une même leçon va permettre au cerveau de s’en remémorer plus facilement. Nous avons tous connus les punitions d’un instituteur qui demande à un élève de réécrire 100 fois la même phrase pour bien la comprendre lorsque celui-ci a enfreint une règle. 

 

7. Varier les contenus

Varier les matières ou thèmes à réviser permet de répondre au problème d’ennui et de lassitude. En effet, réviser une même matière pendant plusieurs heures est très rapidement lassant, c’est pourquoi alterner les matières est un bon moyen de retenir les informations car le cerveau est stimulé.  

 

8. La méthode POMODORO

C’est une méthode de gestion du temps de travail et de pause.  

Faire des pauses régulièrement entre les séances de travail est important. Il est recommandé de travailler par période de 25 minutes et de faire des pauses d’environ 5 minutes de manière à se concentrer au maximum.  

Les pauses aident le cerveau à se reposer et à assimiler les informations. Ainsi, après un petit temps de repos, le cerveau est de nouveau prêt à être stimulé.

 

9. Faire de la répétition espacée

Aussi appelée courbe de l’oubli, cette technique consiste à répéter une information plusieurs fois dans le temps afin de la retenir. Notre cerveau a en effet besoin de répétition sinon l’information est progressivement éliminée du cerveau qui ne la considère pas comme importante.  

Il a été scientifiquement  prouvé que la répétition espacée permet de mieux mémoriser à long terme. Il suffit d’apprendre l’information puis de la revoir le lendemain, puis 3 jours après, une semaine après, 1 mois après et ainsi de suite. Les intervalles de pause doivent être de plus en plus grands

 

10. La technique du palais de la mémoire 

Le principe est assez similaire à celui de la carte mentale qui implique la visualisation et surtout l’association de mots à un contexte, un endroit ou une histoire. Pour apprendre certains mots, il est possible d’inventer une courte histoire. En effet, les histoires, surtout celles avec une touche d’humour, sont souvent plus facilement retenues qu’une date ou une définition. Il vaut mieux ajouter des détails car plus l’histoire est détaillée, mieux les informations sont retenues par le cerveau. 

Par exemple, pour retenir plus facilement le nom d’une capitale, inventer un voyage à cet endroit va permettre au cerveau de stocker cette information qu’il va considérer comme un souvenir. Les souvenirs sont, en effet, retenus plus longtemps.

 

11. Adopter un bon rythme de sommeil

Dormir est une étape essentielle à la mémorisation car c’est une période durant laquelle le cerveau traite les informations assimilées au cours de la journée. Les scientifiques affirment que le sommeil stimule la mémoire. Faire des pauses et des siestes permet de reposer la mémoire et de laisser le temps au cerveau d’assimiler les données reçues.  

Faire des nuits blanches pour réviser n’est donc pas du tout une bonne solution sur le long terme. Rester éveillé pour des révisions favorise les processus de neurodégénérescence et tue les cellules du cerveau. 

 

12. La méthode des lieux

La spatialisation ou méthode des lieux est le fait d’associer la mémorisation à un espace ou un objet. En fait, il suffit tout simplement d’associer un objet ou un endroit à une notion afin de le visualiser et de se remémorer de la notion associée. 

Si vous n’avez pas encore de méthodes de mémorisations , nous vous conseillons l’une de cet article , en fonction de votre emploi de temps et des dispositions adéquates vous pourriez les essayer et trouver celle qui convient mieux à votre profil.

Laisser un commentaire

Soumettez votre demande!


call to action

Ceci se fermera dans 200 secondes