fbpx
Comment résoudre mes problèmes de concentration

Il est bon de prendre du recul et de questionner la manière d’être et de travailler de votre enfant. Le corps et l’esprit doivent être au meilleur de leur forme. Le niveau d’énergie, la fréquence d’entraînement et l’hygiène de vie sont des facteurs décisifs pour la réussite.

Le corps et l’esprit s’expriment sans que nous le sachions. Ainsi, un manque de concentration se traduit par plusieurs signes et entraîne des conséquences sur la scolarité.

  • Décrochage lors d’un exercice, difficulté à le terminer.
  • Difficulté à retenir des informations ou suivre assidument un cours.
  • Avoir un esprit et des pensées qui s’agitent : avoir la « tête dans les nuages ».
  • Perte de mémoire, erreurs d’inattention répétées.
  • Difficulté à rester assis ou dans la même position.
  • Interrompre une tâche au moindre bruit extérieur.
  • Troubles du sommeil (insomnie).
  • Anxiété, stress.
  • Épuisement, perte d’intérêt et de motivation.

Prenez cela comme un coup de pouce, une étape à passer afin qu’il se sente à l’aise tout au long de ses études. Mieux vaut renverser les obstacles et ne pas remettre cela à plus tard. Voici quelques conseils pour améliorer la concentration..

Éliminez les distractions 

essayez de vous éloigner des distractions comme les réseaux sociaux, les notifications sur votre téléphone ou ordinateur, la télévision, etc. Si possible, trouvez un endroit calme et tranquille pour travailler ou étudier.

Chaque élève doit trouver l’endroit qui lui semble être le plus propice pour se concentrer et éviter toute sorte de distraction. De nos jours, les élèves gardent leur téléphone portable à portée de main, il est conseillé de désactiver toutes les notifications. Pour aller encore plus loin et être sûr de ne pas être dérangé, il faut activer le mode avion (hors ligne)

Établissez un planning 

planifiez votre journée en fonction des tâches à accomplir et des délais à respecter. Cela vous permettra de rester organisé et de mieux vous concentrer sur chaque tâche.

Afin d’être le plus efficace possible dans son organisation, l’élève peut organiser ses tâches grâce à la méthode Pomodoro. C’est une méthode de gestion du temps qui consiste à se concentrer sur une seule tâche pendant un intervalle de temps déterminé, généralement 25 minutes, suivi d’une courte pause. Cette méthode est très efficace pour gérer son temps et réaliser les tâches que l’on souhaite terminer.

Faites des pauses régulières

 il est important de faire des pauses régulières pour se reposer et recharger ses batteries. Essayez de faire une pause toutes les heures ou toutes les deux heures, en fonction de votre niveau de concentration.

Il est donc important de faire des pauses régulièrement, car elles permettent de réduire la fatigue mentale mais aussi de relâcher la pression accumuler durant la longue période de concentration.

Il est donc important de faire des pauses régulièrement, car elles permettent de réduire la fatigue mentale mais aussi de relâcher la pression accumulée durant la longue période de concentration.

Les pauses peuvent prendre différentes formes, comme par exemple faire une promenade, faire de l’exercice physique ou prendre un verre de jus de fruit. Cela permet de se ressourcer et de ne pas perdre le niveau de concentration.

Faites de l’exercice

L’exercice physique régulier peut aider à améliorer la concentration en augmentant le flux sanguin vers le cerveau et en stimulant la production de neurotransmetteurs tels que la dopamine et la noradrénaline.

Utilisez des techniques de respiration et de relaxation

La respiration profonde et la relaxation peuvent aider à réduire le stress et l’anxiété, ce qui peut améliorer la concentration.

Mangez sainement 

Une alimentation équilibrée et saine peut améliorer la concentration en fournissant au cerveau les nutriments dont il a besoin pour fonctionner correctement.

Écoutez de la musique

Ecouter de la musique peut aider à améliorer la concentration en bloquant les distractions et en stimulant la production de dopamine.

Utilisez des techniques de concentration

Des techniques telles que la méditation, la visualisation et la répétition peuvent aider à améliorer la concentration en entraînant votre cerveau à se concentrer sur un seul objectif à la fois.

Comment motiver mon enfant

Le manque de motivation est a en général 5 sources : la scolarité fait obstacle au développement de la personnalité, l’élève se sent jugé en milieu scolaire, l’élève n’éprouve pas de plaisir à se rendre en milieu scolaire, l’élève ne trouve pas de sens aux savoirs étudiés, enfin, le rythme scolaire n’est pas adapté à l’élève (trop lent ou trop rapide) et impact ses résultats scolaires.

Améliorer son cadre de vie

La motivation est une réaction suscitée par la prise de conscience d’un besoin. En interagissant avec son environnement, l’adolescent développe naturellement des besoins. La plupart sont le résultat de nos expériences individuelles. Améliorer le cadre de vie de votre enfant, l’aidera petit à petit, à se forger des besoins d’apprentissage en lien avec ses objectifs scolaires et plus tard, professionnels. 🤗

Il est donc important très tôt de faciliter à votre enfant, le développement d’un cadre de vie et d’une ambiance propices au plaisir d’étudier et au développement de ses connaissances. Et pour cela, il n’y a aucune limite à la créativité : aménager une chambre avec un bureau, accompagner votre enfant à la bibliothèque municipale, maintenir une activité physique, cadrer son temps de jeu devant un écran, susciter sa curiosité (lectures, documentaires, cinémas, participez aux activités culturelles), etc. 📕

A ce titre, il est important d’être soi même exemplaire. Il est évident que si un parent passe une bonne partie de sa soirée devant un écran, l’élève sera découragé de prendre son agenda pour y consulter ses devoirs à la maison. 📲 L’atmosphère créée autour de l’enfant agit sur lui, comme des gouttes d’eau sur une roche : l’effet immédiat n’est pas perceptible mais sur le long terme la roche se fissure. 

Sortir de sa routine 

Le manque de motivation chez les enfants comme nous l’avons expliqué plus haut est le produit de son interaction avec son environnement. Une des solutions pour faciliter la prise de recul de l’élève vis-à-vis de son environnement, consiste à en sortir momentanément. Les stages d’immersion que ce soit en pleine nature, ou à l’étranger pour un séjour linguistique sont de bonnes occasions pour votre enfant de porter un regard neuf sur sa situation. 🙌

La crise sanitaire a accentué le confinement physique et psychologique de la jeunesse. Encore plus à notre époque d’ouverture sur le monde, les adolescents éprouvent naturellement le besoin de fuir leur quotidien. Il est donc nécessaire en tant que parent d’ouvrir régulièrement la soupape afin que leur enfant respire. 

Les séjours immersifs (quand on en a les moyens) peuvent servir de motif pour prendre des mesures. Des structures proposent des séjours spécialisés et ils peuvent être alors le moyen de renouer avec la nature, de découvrir un métier, d’apprendre une langue, de visiter une ville historique : il y a des solutions pour tous les budgets ! 🌲

 

Être à l’écoute 🦻

Afin de comprendre la source de la démotivation de l’élève, l’écoute est la première étape. Il est donc nécessaire de mettre en place régulièrement des moments de bienveillance qui instaurent un climat de confiance et pendant lesquels votre enfant pourra se livrer sur ses difficultés scolaires. Un restaurant, une balade, ou tout autre moment convivial peut vous aider à développer ce lien de confiance pour accompagner les questions et préoccupations de votre adolescent qui sont très nombreuses à cet âge de la vie.  👨‍👩‍👧

Le numérique bouleverse complètement les modes de vie et d’acquisition des connaissances. Votre enfant a dorénavant accès quasi-instantanément grâce à son smartphone à tous les savoirs enseignés à l’école. A l’école, il est comme un conducteur installé sur un siège passager : agité, distrait, impatient. 🙄

Être à l’écoute vous permettra également petit à petit de comprendre ses sources de motivation, car en réalité, son manque de motivation en milieu scolaire n’est que le signe d’une motivation pour d’autres activités toutes aussi créatrices. Votre enfant a besoin d’être à l’écoute.

 

Accompagner sa recherche d’orientation 🔎

Au collège et au lycée, les élèves se posent beaucoup de questions sur leur avenir. Pourtant, il est très difficile pour un jeune collégien et/ou lycéen de se dessiner un cap professionnel. Or, avoir une idée de ce que l’on veut faire plus tard, éclaire nos choix présents et définit nos besoins. Autrement dit, un élève qui sait ce qu’il veut faire, sera plus motivé. 🙂

Il est illusoire de croire qu’un entretien ou deux, peuvent aider un élève à se forger une conviction sur son avenir. Il est toutefois possible de susciter de la curiosité et de l’intérêt chez un élève. Il y a à l’échelle locale de nombreuses initiatives telles que les Centres d’Information et d’Orientation ou encore les missions locales, qui centralisent beaucoup d’informations et de conseils précieux. Aussi, le témoignage, le coaching ou le tutorat demeurent des solutions très efficaces.

Cependant, la recherche d’une vocation professionnelle est souvent très longue et riche en rebondissements. Il est important aussi d’aider votre enfant à ne pas développer d’anxiété s’il ne parvient pas à choisir. En réalité, le monde vers lequel nous nous dirigeons verra grandir le nombre des reconversions professionnelles, et votre enfant cumulera probablement plusieurs métiers à la fin de sa carrière. Aucune décision en matière d’orientation n’est irréversible.

 

Lui proposer des exemples

.

Parfois, certains parents ne parviennent pas à entretenir une relation de confiance et de partage avec leur enfant, pour des raisons multiples, notamment par exemple, la différence culturelle. L’une des stratégies qui peut être mise en place est alors d’utiliser des intermédiaires, c’est ce qu’on appelle la médiation éducative. 

Un coach scolaire par exemple peut jouer ce rôle. Le coach va aider l’enfant à prendre conscience de son potentiel et à développer sa personnalité en améliorant son rôle d’élève en milieu scolaire. Outre le coaching, les parents peuvent également favoriser d’autres rencontres pour leur enfant, qui peuvent participer à dénouer certaines difficultés voire susciter des vocations, et surtout de la motivation ! 

Les compétences à développer pour mieux réussir

Par définition, progresser scolairement consiste à augmenter sa performance et donc, à améliorer les notes obtenues dans le bulletin trimestriel. La progression scolaire est très vite associée aux cours de soutien scolaire (particuliers ou collectifs) ,car ils ont pour but aider l’élève à comprendre les principales notions de ses cours. Par conséquent à augmenter ses connaissances « techniques » (hard skills – traduction en anglais).

Cependant, lorsque l’on demande à des parents de classer les trois rubriques suivantes en termes de priorité : organisation, motivation, savoir. La majorité des parents placent le savoir en dernière position. Ainsi, être organisé et motivé semblent plus prioritaires pour les parents d’élève.

En effet, la progression scolaire repose sur 2 socles : d’une part la motivation, qui est l’énergie nécessaire pour travailler et s’instruire. Mais aussi les compétences qu’on appelle « transverses » ou soft skills – (traduction en anglais) qui sont un ensemble de capacités qu’utilise l’élève.

Les soft skills les plus recherchées sont incontournables pour faire face aux exigences futures du marché du travail. L’ esprit critique, l’ intelligence émotionnelle ou bien la capacité à résoudre des problèmes. Ce sont tous des exemples de compétences transverses essentielles à l’acquisition des connaissances, quelle que soit la discipline et la matière.

Changer de métier sera de plus en plus fréquent pour les générations à venir. Par conséquent, les softs skills, qui sont des compétences transférables, constitueront des atouts majeurs.

Dans les paragraphes suivants, nous présentons 3 compétences transverses ou soft skills essentielles pour stimuler la progression scolaire de votre enfant

Avoir une expression claire

L’expression, qu’elle soit écrite ou orale, est une compétence fondamentale pour l’instruction. En effet, l’expression est la faculté d’un élève à donner une forme linguistique à ses idées avec un grande précision.

Ainsi, un élève peut être très créatif, mais celle-ci ne sera pas identifiable si l’élève ne sait lui donner une forme. Il y a de multiples formes d’expression, celle qui est essentielle à l’instruction est l’expression linguistique, orale et écrite.

L’expression orale en particulier ne doit pas être négligée. Car elle est de plus en plus valorisée au sein de l’éducation nationale, mais également dans la vie professionnelle. L’éloquence du discours vaut parfois plus que son contenu.

A ce titre, Victor Hugo disait que la forme est le fond remonté à la surface. Développer l’expression d’un élève, lui permettra également d’avoir accès à des idées et des notions plus complexes. Cela contribuera à augmenter sa performance scolaire.

Être organisé

Être organisé est peut-être innée chez certains élèves. On peut notamment citer les élèves qui mettent régulièrement de l’ordre dans leur cours, rangent leur bureau, ou encore planifient leur travail. Mais, être organisé peut s’apprendre. Les élèves qui par nature ne sont pas organisés, peuvent donc le devenir en faisant preuve de méthode et de patience.

Pour cela, il faut mettre en place des actions faciles et rapides qui vont aider l’élèves à s’organiser. Et les actions pérennes qui sont les habitudes sur lesquelles il faudra veiller et accompagner votre enfant pendant un temps plus long.

Pour apprendre à être organisé, l’élève peut commencer par de petites actions. Par exemple, le weekend, il peut mettre en ordre ses cours de la semaine et prendre de l’avance sur ses devoirs. Il peut également réaliser un emploi du temps général, pour organiser ses activités y compris ses activités extrascolaires (sport, musique, réseaux sociaux, etc.).

En multipliant ces actions immédiates, l’élève commencera à développer petit à petit des réflexes. Il sera alors plus aisé pour lui de s’appliquer dans chacune de ses activités. En développant sa concentration, et ainsi de travailler avec plus d’efficacité pendant les temps de travail qu’il s’est lui-même assignés

Être concentré

La concentration est une compétence essentielle pour l’apprentissage. En effet, la mémoire fonctionne en plusieurs cercles concentriques. Ainsi, pour apprendre, la mémoire commence par une première étape où le cerveau enregistre l’information qu’on perçoit par nos sens. On parle alors d’évocation.

Certains élèves ont plus ou moins de facilité à enregistrer l’information selon les sens mobilisés (visuel, olfactif, auditif, kinesthésique, etc). Toutefois, il est essentiel que votre enfant développe sa concentration. Or les outils du numérique sont parfois des freins à cela, réduisant de plus en plus la durée maximale de concentration des élèves.

Pour développer la concentration de l’élève, il faut commencer par lui faire susciter de l’intérêt. Avec par exemple : l’apprentissage d’une langue, d’un instrument de musique ou bien d’un sport. Ce sont des méthodes qui participent à développer la faculté de l’élève à se concentrer. Evidemment, plus l’élève développe sa concentration, plus il sera en mesure d’augmenter son efficacité et sa performance scolaire.

 

Comment faire ma fiche de révision
 Faire une fiche de révision c’est réaliser une synthèse du cours. Elle permet de gagner du temps tout au long de l’année et en plus, de faire travailler sa mémoire car, écrire permet d’apprendre.

Lorsqu’une évaluation approche, relire une fiche résumant le plan du cours et les notions/idées clés est beaucoup plus pratique et efficace que de relire des dizaines de pages dans son cahier. Le mot d’ordre pour la réalisation d’une fiche est donc : la synthèse ! 

Comment faire une fiche de révision ? Une bonne fiche de révision contient principalement les définitions et les notions clés du cours puis quelques grandes idées sous forme de tirets ou de schémas (carte mentale, tableau) mais sans rentrer dans les détails sinon ce n’est plus une synthèse de cours.

Une fiche de cours doit permettre de gagner du temps et ainsi donner envie d’être lue. C’est pourquoi réaliser ses propres fiches de révisions est plus efficace. Le but est de faciliter les révisions avec les connaissances déjà acquises ou non. Et réduire le nombre d’information à mémoriser en ne gardant que l’essentiel. 

Il est aussi plus efficace de réaliser ses fiches de révision, petit à petit, c’est-à-dire chaque soir ou en week-end. Mais il est également possible de ficher son cours une fois que le chapitre étudié est terminé.

Relire son cours et relever les informations essentielles

Tout d’abord, relire le cours permet de stimuler sa mémoire et de se souvenir de son contenu. La lecture du cours permet de relever les informations importantes comme les définitions et les dates.

Utiliser une fiche bristol

Pour réaliser une fiche, mieux vaut favoriser la rédaction à la main car écrire permet d’apprendre. De plus, plus une fiche de révision est personnalisée, plus elle sera unique et facilitera la mémorisation

 Rédiger ses propres fiches est préférable car emprunter celles d’un ami empêche de synthétiser son cours soi-même et donc d’apprendre. La compréhension aussi sera sûrement difficile s’il utilise des abréviations ou si son écriture n’est pas très lisible

Commencer par noter le plan du cours

Commencer par retenir le plan du cours est important afin de retenir les informations de manière chronologique et de ne pas se mélanger dans les dates surtout en histoire. Une frise chronologique peut être d’une grande aide en histoire pour les dates.

Connaître son plan c’est connaître son cours. Après avoir noté les grandes parties et les sous-parties (avec différentes couleurs pour bien les distinguer), il ne reste plus qu’à ajouter les grandes idées.

Avant la prochaine étape, regardez cette vidéo tuto  pour apprendre à faire une fiche de révision au top !

Synthétiser les grandes idées

Il est important de noter uniquement les informations importantes et éviter de faire de longues phrases. L’idéal est de noter les grandes idées sous forme de tirets par exemple. Il est également possible d’utiliser des mots-clés et des flèches pour éviter de formuler des phrases. ➡️

L’objectif d’une fiche de révision est de résumer le cours et d’en tirer l’essentiel qu’il faut retenir.

Structurer la fiche avec un code couleur

Il est indispensable d’aérer sa fiche et d’utiliser un code couleur. Mettre des couleurs et soigner sa fiche donne l’envie de la lire. Au contraire, si celle-ci n’est pas aérée et sans couleurs, elle ne donnera pas envie de réviser. Il est préférable de surligner ou de noter directement l’information en couleur🖋️ Il est recommandé d’utiliser une couleur pour les titres, une autre pour les définitions, etc. Par exemple, en histoire, noter les dates en noir, les évènements associés en rouge, en physique chimie les formules en vert et les notions en orange. Les informations importantes ressortiront tout de suite visuellement. Une fiche structurée est synonyme de séance de révision efficace.

Pour ceux qui ont une mémoire visuelle, les couleurs aideront d’autant plus à bien retenir les informations en les classifiant automatiquement

Schématiser pour mieux visualiser 

C’est encore mieux lorsque l’on a une bonne mémoire visuelle. Les schémas sont visuels et donc facile à retenir. Ils évitent de faire des phrases et reprennent uniquement les grands points. Il est possible de faire une carte mentale qui part de l’idée principale par exemple. La carte mentale et le schéma de manière générale, permet aussi de retenir l’articulation entre les idées. En effet, la mémoire est beaucoup plus efficace pour retenir les liens entre les idées, c’est à dire en quelque sorte : le sens. La carte mentale donne du sens à des idées en explicitant visuellement leur lien. Faire des schémas et des cartes mentales sont donc des outils redoutable et puissant !

Ficher son cours au fur et à mesure 

Au début de cet article, nous avons évoqué deux possibilités : faire ses fiches petit à petit chaque soir ou alors les faire à chaque fin de chapitre. Il est préférable de s’y mettre dès le début et de les rédiger progressivement, en effet certains chapitres peuvent être très longs et ficher un chapitre de 20 pages d’un coup risque de prendre beaucoup de temps et rajouter du stress, surtout si le contrôle approche. Mieux vaut s’y prendre en avance afin d’éviter toute source de stress

Par ailleurs, découper son cours en plusieurs parties permettra de le retenir sur le long terme !

Il faut se fixer un planning de révision et des objectifs chaque soir pour se motiver et y arriver plus facilement ! 

Une fois tous ces conseils appliqués, il ne reste plus qu’à bien ranger ses fiches et les relire régulièrement. Et pour encore plus stimuler sa mémoire, il est possible de les utiliser pour réciter son cours à ses amis et inversement ! Vous voilà prêts pour réaliser une belle fiche de révision .

Quelques méthodes d’apprentissage
La mémorisation est le fait d’enregistrer et de retenir des informations et des connaissances dans sa mémoire. La mémorisation peut être consciente facilitée par plusieurs méthodes comme la mnémotechnique ou encore inconsciente, par exemple lors du sommeil

Les techniques de mémorisation sont diverses et varient selon le besoin. Améliorer sa mémoire est possible pour tous, cela demande d’utiliser des méthodes et outils adaptés et efficaces. Il suffit tout d’abord de distinguer la mémoire à court terme de la mémoire à long terme. Les techniques et processus d’apprentissage sont différents.  

Bien que les capacités de mémorisation varient en fonction de l’individu, la mémorisation se travaille. Elle est indispensable à la vie de tous les jours, tant dans la formation professionnelle que dans la vie scolaire. En effet, certaines informations doivent être apprises et retenues sur le long terme, d’autres moins importantes peuvent être oubliées.  

La mémoire est composée de deux couches et d’un noyau. Lorsqu’une information extérieure arrive elle est confrontée à la première couche, c’est ce qu’on appelle la mémoire flash. L’intensité de cette mémoire est extrême, c’est-à-dire qu’elle retient parfaitement tous les détails mais pendant un temps très court. 

La deuxième couche est occupée par la mémoire intermédiaire ,celle-ci est plus allongée et moins intense. Enfin, il y a le noyau qui représente la mémoire innée et permet de retenir une information pour toujours, c’est l’ultime degré de mémorisation. 

1. Apprendre à comprendre ses cours   

 

Se poser des questions pertinentes vis-à-vis du cours ou de la notion abordée permet de renforcer la mémorisation. L’apprentissage vient, en effet, après la compréhension. Une notion est en effet plus facilement intégrée lorsque celle-ci est comprise.  En l’espèce, expliquer c’est comprendre et apprendre

Cette méthode peut-être appliquée en mathématiques afin de résoudre des problèmes de logique ainsi qu’en physique , chimie , informatique et biologie . Mettre en œuvre cette technique de quizz à intervalles réguliers permet d’optimiser la mémorisation. Ce principe est similaire à celui des cartes mémoires mais il est appliqué mentalement et non pas à l’écrit. 

2. Utiliser des cartes mémoires ou flash cards

C’est probablement la méthode de mémorisation la plus utilisée. L’utilisation de cartes de mémoire ou flash cards permet de mémoriser avec efficacité. Ce sont des petites cartes qui cachent des informations de chaque côté.  

Elles possèdent en général une question au recto et sa réponse au verso. Vous pouvez par exemple, noter une date au recto et l’événement historique associé au verso si vous révisez vos cours d’histoire , ou un terme puis sa définition et son rôle au verso pour la SVT par exemple.

Mettre en place des cartes de mémoire permet de retenir les informations plus facilement par le jeu et la stimulation de la mémoire.

 

 

3. L’emploi des acronymes 

Les acronymes permettent de mémoriser un concept facilement en retenant uniquement les initiales de chaque mot comme RAS (Rien A Signaler). Le fait de ne retenir que la première lettre de chaque mot permet de réduire la taille de l’information à assimiler et de la retenir plus facilement surtout de nos jours puisque les abréviations sont de plus en plus utilisées.

 

4. Faire des fiches de révision 

Le fait d’écrire permet de se remémorer le cours. Une fiche doit être synthétique et ne doit contenir que le plan et les grandes idées du chapitre, c’est ce qui va permettre de mieux retenir les informations. En effet, lorsque le cours est trop condensé et pas assez synthétisé, il est difficile de le retenir car le nombre d’informations présentes est élevé ce qui crée un surplus d’informations inutiles.

 

5. Rédiger une carte mentale

Réaliser une carte mentale est un très bon moyen mnémotechnique. Le fait de visualiser des idées sous forme de “schéma” facilite la mémorisation des informations. Il est possible de noter l’idée principale au centre puis la développer autour par des arguments reliés par des flèches.  

Employer des schémas et des tableaux est une méthode d’apprentissage efficace car elle permet d’associer une idée à une forme.  

 

6. Faire des écritures répétées

Le fait de réécrire plusieurs fois une même leçon va permettre au cerveau de s’en remémorer plus facilement. Nous avons tous connus les punitions d’un instituteur qui demande à un élève de réécrire 100 fois la même phrase pour bien la comprendre lorsque celui-ci a enfreint une règle. 

 

7. Varier les contenus

Varier les matières ou thèmes à réviser permet de répondre au problème d’ennui et de lassitude. En effet, réviser une même matière pendant plusieurs heures est très rapidement lassant, c’est pourquoi alterner les matières est un bon moyen de retenir les informations car le cerveau est stimulé.  

 

8. La méthode POMODORO

C’est une méthode de gestion du temps de travail et de pause.  

Faire des pauses régulièrement entre les séances de travail est important. Il est recommandé de travailler par période de 25 minutes et de faire des pauses d’environ 5 minutes de manière à se concentrer au maximum.  

Les pauses aident le cerveau à se reposer et à assimiler les informations. Ainsi, après un petit temps de repos, le cerveau est de nouveau prêt à être stimulé.

 

9. Faire de la répétition espacée

Aussi appelée courbe de l’oubli, cette technique consiste à répéter une information plusieurs fois dans le temps afin de la retenir. Notre cerveau a en effet besoin de répétition sinon l’information est progressivement éliminée du cerveau qui ne la considère pas comme importante.  

Il a été scientifiquement  prouvé que la répétition espacée permet de mieux mémoriser à long terme. Il suffit d’apprendre l’information puis de la revoir le lendemain, puis 3 jours après, une semaine après, 1 mois après et ainsi de suite. Les intervalles de pause doivent être de plus en plus grands

 

10. La technique du palais de la mémoire 

Le principe est assez similaire à celui de la carte mentale qui implique la visualisation et surtout l’association de mots à un contexte, un endroit ou une histoire. Pour apprendre certains mots, il est possible d’inventer une courte histoire. En effet, les histoires, surtout celles avec une touche d’humour, sont souvent plus facilement retenues qu’une date ou une définition. Il vaut mieux ajouter des détails car plus l’histoire est détaillée, mieux les informations sont retenues par le cerveau. 

Par exemple, pour retenir plus facilement le nom d’une capitale, inventer un voyage à cet endroit va permettre au cerveau de stocker cette information qu’il va considérer comme un souvenir. Les souvenirs sont, en effet, retenus plus longtemps.

 

11. Adopter un bon rythme de sommeil

Dormir est une étape essentielle à la mémorisation car c’est une période durant laquelle le cerveau traite les informations assimilées au cours de la journée. Les scientifiques affirment que le sommeil stimule la mémoire. Faire des pauses et des siestes permet de reposer la mémoire et de laisser le temps au cerveau d’assimiler les données reçues.  

Faire des nuits blanches pour réviser n’est donc pas du tout une bonne solution sur le long terme. Rester éveillé pour des révisions favorise les processus de neurodégénérescence et tue les cellules du cerveau. 

 

12. La méthode des lieux

La spatialisation ou méthode des lieux est le fait d’associer la mémorisation à un espace ou un objet. En fait, il suffit tout simplement d’associer un objet ou un endroit à une notion afin de le visualiser et de se remémorer de la notion associée. 

Si vous n’avez pas encore de méthodes de mémorisations , nous vous conseillons l’une de cet article , en fonction de votre emploi de temps et des dispositions adéquates vous pourriez les essayer et trouver celle qui convient mieux à votre profil.

REPRISE DES COURS APRES LES FETES

Noel et le nouvel an sont des fêtes spéciales pour les enfants, qu’ils soient élèves ou étudiants. Cependant, au cours de cette fête la plupart des enfants abandonne leurs petites routines comme se lever tôt en s’étant couché tôt la veille ou comme étudier ou réviser leurs leçons.

Que peuvent-ils faire pour reprendre leurs habitudes quotidiennes après les fêtes ?

Premièrement, pendant les fêtes essayer de dormir un peu plus tôt que la veille et il est préférable de faire progressivement.

Deuxièmement, pour motiver les élèves qui ont eu de mauvaises notes a la veille de la reprise des cours nous les encourageons aller à l’école le lendemain avec des paroles stimulantes telles que : « il n’y a jamais de succès sans échec ; car l’échec te guide vers la voie de la réussite » ; « connais tu une personne qui n’a jamais échoué ? Je te rappelle que le fameux EINSTEIN aussi a échoué plusieurs fois avant de connaitre le succès » Donc tu peux réussir.

Troisièmement, Au retour des classes il est conseillé d’abord de  prendre un bon bain, ensuite de  manger un renforçant  diner et en fin détendez-vous devant un film éducatif et surtout comique car le rire remet vraiment tout en place coté psychisme. Apres ce bon moment de détente, à partir de 19h00 commencez à réviser ses leçons est conseillé car il y’a un peu de fraicheur et de calme ce qui facilite la compréhension et ceci pendant 2 heures de temps mais vous pouvez aussi aller au-delà avec un répétiteur qui est d’ailleurs très recommandé après un échec scolaire. Par la suite allez-vous coucher et faites un effort de cous lever à 03h00 pour réviser une seconde matière et arrêtez à 05h00 puis apprêtez-vous pour l’école. Efforcez-vous que cette habitude soit et reste une routine quotidienne.

Comment aider mon enfant à bien s’organiser

Les avantages d’une bonne organisation sont nombreux. En étant bien organisé, l’enfant d’âge scolaire atteindra ses buts plus rapidement et avec de meilleurs résultats. Il apprendra à accorder la priorité à ses actions, à effectuer les choses par étapes et à bien gérer son temps.

Vous pouvez aider votre enfant à mieux organiser ses tâches à la maison ou ses devoirs pour l’école. Vous ne devez pas faire les choses à sa place, mais vous pouvez l’accompagner et le guider en lui donnant les bons outils.

  • Développer son sens de l’organisation
  • Gérer son temps
  • Organiser son environnement

Développer son sens de l’organisation

  • Aidez votre enfant à déterminer quelles tâches sont prioritaires.
    Par exemple, vous pouvez lui demander : s’il a plusieurs devoirs et leçons, est-ce qu’il est plus important de compléter le devoir de mathématiques qui est à remettre demain ou l’apprentissage de ses mots de vocabulaire pour la dictée du vendredi? Dans les tâches domestiques, est-il plus important de desservir la table afin que vous puissiez laver la vaisselle ou de ranger sa chambre?
  • Montrez à votre enfant comment établir une routine.
    Par exemple, lorsque c’est le temps de faire ses devoirs, il doit sortir son matériel scolaire, ouvrir son agenda, lire les tâches à faire, choisir par quel exercice commencer et compléter son devoir. Le fait d’avoir une routine quotidienne bien établie peut aider votre enfant à s’organiser, à se souvenir de ce qu’il a à faire et à prendre de bonnes habitudes.

Gérer son temps

Expliquez à votre enfant comment regrouper certaines tâches pour être plus efficace.
Lorsqu’il prend son pyjama dans son armoire, il peut en profiter pour choisir ses vêtements du lendemain. Il peut aussi prendre une collation dans le frigo pour mettre dans son sac d’école en même temps qu’il sort sa boîte à lunch.

Donner l’exemple
Votre enfant apprend en vous observant. Si vous faites vous-même l’effort de bien vous organiser, il aura tendance à faire comme vous. Prenez le temps de lui expliquer votre façon de faire les choses et comment vous avez trouvé des stratégies pour vous organiser. Ensuite, laissez-le faire les choses par lui-même et trouver ses propres moyens. Observez-le. Restez patient et ne cédez pas à la tentation de tout faire à sa place. S’il éprouve de la difficulté, vous pourrez le guider en lui offrant des idées pour s’améliorer ou être plus efficace. 

  • Expliquez à votre enfant qu’il n’y a pas assez de temps dans une journée pour tout faire. Il doit apprendre à dire non, car il ne peut pas accepter toutes les invitations des amis ni s’engager dans toutes les activités. Ne décidez pas pour lui, mais incitez-le plutôt à faire des choix. Aidez-le à établir ses priorités en fonction de leur importance et de ses intérêts, également. Vous pouvez par exemple dresser avec lui une liste des choses à faire et les placer en ordre d’importance. Il s’agit d’une bonne stratégie pour l’aider à en prendre conscience.
  • Insistez pour que votre enfant termine une tâche avant d’en commencer une autre. Comme il n’a pas encore bien intégré la notion de temps et de durée, il aura besoin de votre aide afin de persévérer dans une tâche précise. Quand il fait ses devoirs, vous pouvez le guider afin qu’il commence par un problème à résoudre plus complexe puisqu’au début sa concentration sera meilleure. Il peut aussi alterner entre des exercices plus difficiles et des exercices faciles. Cela l’aidera à garder sa motivation.
  • Pour aider votre enfant à savoir quoi faire et à quel moment, vous pouvez préparer avec lui un agenda ou un calendrier visuel. Il pourra dessiner, coller des vignettes ou écrire des mots sur le calendrier pour se rappeler les tâches à faire chaque jour de la semaine.
  • Les enfants ont parfois une notion du temps élastique.

Vous pouvez utiliser une petite minuterie afin de planifier un temps précis pour une tâche. Par exemple : « Je te demande de ranger ta chambre pendant 15 minutes. Après, tu pourras jouer ». Cela lui permettra de mieux évaluer le temps et de se concentrer sur sa tâche parce qu’il saura qu’après 15 minutes, il aura du temps libre pour lui.

Organiser son environnement

  • Pour aider votre enfant à s’organiser, vous pouvez lui trouver un petit classeur pour ses travaux d’école. Prévoyez des étagères ou des tiroirs de bureau exprès pour ses matières scolaires et ses livres. Habituez-le à ranger ses effets toujours au même endroit.
  • Utilisez des paniers de couleur pour ranger ses jouets et ses accessoires dans sa chambre. Choisissez avec lui des codes de couleur à mettre sur des étiquettes ou des boîtes.
  • Bricolez avec lui un calendrier ou une liste de tâches à cocher pour chaque jour de la semaine. Cela l’aidera à voir le travail qu’il a accompli, et pas seulement toutes les tâches à faire.
  • Aidez votre enfant à aménager un coin de travail favorable à la concentration. En effet, un enfant peut se laisser distraire facilement. Il peut alors commencer une tâche et l’interrompre pour aller vers autre chose qui a attiré son attention. Expliquez à votre enfant qu’il doit fermer la télévision ou la radio lorsqu’il fait ses devoirs. Ne le laissez pas travailler dans la cuisine au milieu des conversations familiales.